Louise et Henri ROUX

Cela faisait un moment que j’entendais parler de Henri et Louise qui étaient souvent en visite à Lanuéjouls. Mais personne ne pouvait me dire avec certitude notre lien de parenté. Grâce à Claude qui a reconnu Henri et Louise sur de vieilles photos de Serge puis grâce à Françoise et à sa cousine Dany qui a retrouvé le vieux livret de famille de ses grands-parents, voilà enfin le mystère éclairci.

 


Il y avait deux « Nathalie DELCAUSSE », filles de deux « Joseph » (père et fils). Suite à un calcul sur les âges pour une autre raison, je me suis rendu compte que quelque chose clochait. La fameuse « Nathalie » aurait eu son premier enfant à 13 ans et son mari aurait eu 29 ans de plus qu’elle. En fait, je ne connaissais pas l’existence de la deuxième car elle est née à La Fouillade et non à Sanvensa comme les deux premiers enfants. Voici un petit bout d’arbre pour comprendre:

  • Jean Joseph DELCAUSSE x Catherine DESZESCAUTS ont eu (au moins) 3 enfants:
    • Joseph en 1840 x Marguerite Lucien:
      • Nathalie
      • Louis
    • Alexis en 1843 x Marie-Thérèse CAVAGNAC
      • Célestin
      • Julien
    • Nathalie en 1845 x Victor ROUX
      • Henri

Louis DELCAUSSE, grand-père de Françoise, et Célestin DELCAUSSE, mon arrière-grand-père, avaient donc une tante qui se prénommait Nathalie, fille de Jean Joseph DELCAUSSE et Catherine Delzescauts. Nathalie a épousé Victor ROUX avec qui elle a eu (Germain) Henri ROUX en 1884. Henri épousera Louise LAGARRIGUE de Decazeville.

Henri était donc le cousin Germain de Louis et Célestin DELCAUSSE. Les trois hommes avaient de très bonnes relations et se voyaient souvent.

 

 

Un autre petit frère de Célestin DELCAUSSE

Célestin DELCAUSSE avait 4 ans lorsque son petit frère Germain Louis est né en 1885. Je n’avais ensuite plus retrouvé la trace de ce frère.
En 1891, donc à l’âge de 6 ans, il ne fait pas partie du ménage DELCAUSSE lors du recensement. A 20 ans, il n’est pas appelé pour le service militaire mais je ne trouve pas non plus son décès dans les années qui suivent sa naissance.
C’est grâce à la presse ancienne des AD de l’Aveyron que je découvre aujourd’hui le fin mot de l’histoire.
En octobre 1904, on peut lire dans le « Journal de l’Aveyron » que Germain Louis DELCAUSSE est décédé à l’âge de 19 ans, célibataire, sans profession, rue Vieussens à Rodez où se situe l’asile d’aliénés. Germain devait s’y trouver depuis son enfance.

Un autre mystère reste à résoudre. Célestin avait une petite soeur née en 1891 (de 10 ans sa cadette) qui se prénommait Césarine « Augusta ». A 15 ans, elle est recensée à Lanuéjouls chez ses parents mais je ne retrouve ni son décès, ni son mariage …

 

Nos ancêtres dans la presse ancienne

Au hasard de mes recherches, voilà deux « faits-divers » que j’ai découverts et que j’ai trouvés intéressants.

1) Victor ROUX, mari de Nathalie DELCAUSSE, dans l’Express du midi du 8 novembre 1900:

 

2) Pierre COLOMBIER (1762-1846), grand-père d’un autre Pierre COLOMBIER, lui-même grand-père de Jeanne COLOMBIER épouse FERLUS, dans le bulletin des jugements du 2 vendémière de l’An III (soit septembre 1794):

 
 

 

Irène GELY-DELCAUSSE et Elie ROQUES

Après avoir fait des recherches sur la mort de Julien DELCAUSSE, je me suis intéressée à sa veuve Irène et à sa fille Fernande qui avait 6 ou 7 ans à la mort de son père.

Irène, qui était commerçante à Ivry-sur-Seine, resta en région parisienne. Je dois encore vérifier si Fernande était avec elle ou chez sa mère à Lanuéjouls.

Elie ROQUES, un ami de la famille, originaire de Maureilhan, photographe à Béziers (avenue Foch) était de ce temps-là marié avec une Biterroise depuis 1919. Il divorce à Béziers en septembre 1931 pour se marier avec Irène en octobre 1931, un mois plus tard!! à Ivry-sur-Seine.

Le couple Elie/Irène ira s’établir à Béziers. Elie adoptera Fernande et lui donnera son nom.

Julien DELCAUSSE

Célestin avait un petit frère, Julien. Celui-ci, menuisier, s’était marié à Lanuéjouls (Le Poujol) avec Irène GELY, couturière en 1920. Ensemble, ils ont eu Fernande vers 1921/22, dont je n’ai pas encore trouvé l’acte de naissance. Elle n’est pas née à Lanuéjouls.
Julien et Irène ont vécu quelques temps à Toulouse, avenue Foch à Béziers, à Paris puis à Ivry-sur-Seine.

Julien est mort en 1928 à Paris 13ème. Je voulais comprendre pourquoi il était mort si jeune et je viens d’avoir la réponse. Le pauvre homme est mort du tétanos après 9 jours d’atroces souffrances à l’hôpital de La Pitié.

Martial DELCAUSSE

J’ai enfin reçu les informations que j’attendais de Limoges.
Martial DELCAUSSE, le grand frère de Denise, est mort à Limoges, à l’âge de 17 ans alors qu’il était présumé décédé enfant à Lanuéjouls.

En fait, Martial a été interné à l’asile de Rodez à une date que je n’ai pas encore puis il a été transféré à l’asile de Naugeat, route d’Isle, à Limoges en 1926 avec trois autres enfants. Il était atteint de paralysie infantile et d’idiotie. Sur le certificat de décès à l’asile (en 1929), il est noté que le corps a été transféré à Lanuéjouls pour inhumation.

Je suis encore à la recherche de renseignements sur son temps à l’asile de Rodez.

Une semaine aux Archives Départementales de l’Aveyron (AD12)

Après une semaine passée aux AD12 à Rodez avec ma maman, j’ai une grande quantité de nouveaux documents. Voici les informations les plus importantes. J’ai photographié beaucoup de documents. N’hésitez pas à me demander des copies.

Recensements:
Alexis et Marie-Thérèse vivaient à Cransac au moins jusqu’en 1881 puis ils partent s’installer à Lanuéjouls où Alexis devient boulanger (après avoir été mineur). Ils y vivent avec Célestin, Augusta et Julien. Pour ses 15 ans, Augusta est domicilée à Lanuéjouls chez ses parents, ensuite elle n’apparait plus dans aucun registre. Pour ses 14 ans, Julien habite chez son grand frère Célestin, qui héberge aussi ses parents. A partir de 1926, Célestin héberge des ouvriers boulangers et des servantes. Simone, mariée à Paul ARDOUREL reprend la boulagerie. Sa mère Gabrielle y vivra jusqu’à sa mort. Ensuite, Paul hébergera ses parents jusqu’à leur décès.

A Planpuech, c’est Jean LHORTE et Marie CALVET qui dirige la ferme où ils vivent avec leurs deux filles Marie et Nancy (Léoncie). Chaque fille se marie (Marie avec Amédée DOMERGUE) mais reste vivre à la ferme avec leurs premiers enfants. Ils y avaient aussi plusieurs domestiques qui vivaient sur place. Nancy et sa famille déménagent. C’est le couple Marie/Amédée qui dirige la ferme avec leurs enfants quand ils sont en âge de travailler et ce jusqu’à 19 ou 20 ans et même à 33 ans pour Jean-Marie. En 1901, alors qu’Elina est déjà partie aux USA, les grands-parents DOMERGUE s’occupent de Fernande FAGEGALTIER, leur petite-fille.

A Villefranche, c’est Joseph CADRES et sa femme Victorine ROUZIERS qui sont propriétaires de l’auberge du centre ville (rue du jeu de Paume puis rue de la pépinière mais c’est la même maison) depuis 1880. Leur fille unique Marie y vit avec ses parents puis avec son mari Louis BROS originaire de Morlhon. Leur fils unique Marius y nait. Il y vivra toute sa vie, d’abord avec ses parents, ensuite avec sa femme et son fils André. Quand Marius était enfant, vivaient deux domestiques à l’auberge.

Certificats d’études:
Il semblerait qu’aucun de mes arrières-grands-parents n’aient eu le certificat d’études. Nous avons cherché dans tous les relevés des années de leur 11, 12 et 13 ans mais rien!!
Seule Gabrielle DOMERGUE a été inscrite à une session mais elle ne s’est pas présentée!

Actes notariés:
Nous avons retrouvé le contrat de mariage d’Alexis et Marie-Thérèse et celui de Célestin et Gabrielle. C’est par ce dernier que nous avons appris qu’Alexis avait légué la boulangerie à son fils le jour de son mariage. En fait, après avoir travaillé comme boulanger (employé), Alexis est devenu propriétaire de la maison entière et de la boulangerie en 1902 pour 5000 Fr. Il remboursa cette somme pendant des années et pu ainsi la transmettre à Célestin en 1910.

Ecole de Lanuéjouls:
Nous avons retrouvé toute l’histoire de la construction de l’école de Lanuéjouls en 1905. C’est à cette école qu’iront Denise et Simone car leurs parents ne voulaient pas qu’elles aillent à l’école du couvent.

André, pupille de la nation:
J’ai eu accès au dossier « pupille de la nation » de mon grand-père André. On y trouve les demandes de Mémé Anna pour la formation professionnelle et les débuts de la vie active de son fils. La plupart du temps, tout est refusé mais les documents sont très intéressants.

Registres militaires:
Nous avons retrouvé les Registres Matricules des principaux hommes de la famille. J’en parlerai dans un autre article.

Denise, institutrice:
Il est encore un peu trop tôt pour découvrir la vie d’institutrice de Denise. Mais nous avons pu trouver quelques listes de l’école Normale où son nom apparait. Elle est titularisée en 1936 et nommée à Villevayre (La Salvetat des Carts).

Maire et conseillers municipaux:
Sachant que le père de Maria ACQUIE était maire de sa commune d’origine, nous nous sommes penchées sur les résultats d’élections à Castanet. De 1876 à 1896, Joseph ACQUIE est élu maire de Castanet avec une écrasante majorité, parfois à l’unanimité. A partir de 1900, c’est son fils Emile qui entre en politique et devient conseiller municipal.
A Lanuéjouls, Célestin est conseiller municipal en 1925 sous le mandat de Henri Malet (1922 à 1932).

Les registres matricules

Je découvre dans les registres matricules mis en ligne que mes arrières-grands-pères n’ont pas vraiment fait la guerre.

  • Urbain Germain BERNARD a été affecté au service auxiliare pour cause d’obésité!
  • François FERLUS a été dispensé car il est fils unique de veuve.
  • Pour Louis Marius BROS, le conseil de révision note « faiblesse » et « développement musculaire insuffisant ». Il a été renvoyé de mois en mois dans ses foyers entre 1914 et 1916 pour maladie puis réformé définitivement pour « bronchite chronique ».
  • Célestin DELCAUSSE était boulanger dans l’armée.

Remontée dans le temps

Ce mois-ci, je me concentre sur les ancêtres directs mais éloignés dans le temps.
Grâce au site du cercle généalogique du Rouergue Généalogie Rouergue j’ai pu remonté de mariage en mariage:

  • jusqu’en 1685 du côté DELCAUSSE, 
  • 1726 du côté DOMERGUE, 
  • 1715 du côté CABRIT,
  • mais seulement jusqu’à la révolution française du côté BROS.

Les DELCAUSSE viennent de Sanvensa. Les recherches y sont fastidieuses car il y a beaucoup de branches avec ce même nom. Je compte faire des recherches dans les recensements pour y voir plus clair, au moins pour les derniers 150 ans.

Les DOMERGUE viennent de La Rouméguière, une ferme de Flagnac (aujourd’hui sur la commune de Décazeville). Amédée qui n’est pas l’ainé, partira s’installer à Planpuech en se mariant.

Les CABRIT sont de Vabre-Tizac mais l’achat de la ferme de Cougoussac est plutôt récent (début du XXe siècle).

Les BROS sont originaires de Morlhon. La propriété à Villefranche est elle aussi plutôt récente (fin du XIXe siècle).

La descendance de Joseph DELCAUSSE

Joseph se maria en 1868 avec Julie Marguerite LUCIEN à Vaureilles (Berredon). Le couple eu également 11 enfants. J’ai malheureusement trouvé moins de renseignements sur la vie de leurs enfants.

  • Marie Nathalie, née en 1869, a épousé un ROUX (voir l’article ici et ici)
  • Marie Albine, née en 1872, épouse Joseph ERASME
  • Marie Julie, née en 1974 (ensuite sous le nom de Maria puis Louise) puis ??
  • Clémentine Julie, née en 1976 et morte en 1878
  • Marie Louise, née en 1878, épouse Henri FABRE
  • Julien Joseph, né en 1881 et mort en 1882
  • Rosalie, née en 1882, épouse Firmin LORTAL (il y a des descendants)
  • Henri Joseph, né en 1885 et mort en 1886
  • Henri Joseph, né en 1887 et mort en 1962, épouse Léa COUFFIGNAC
  • Louis Joseph, né en 1890 et mort en 1961, épouse Alice AYRIGNAC
  • Marcelle, née en 1896 et morte avant 1911