Une semaine aux Archives Départementales de l’Aveyron (AD12)

Après une semaine passée aux AD12 à Rodez avec ma maman, j’ai une grande quantité de nouveaux documents. Voici les informations les plus importantes. J’ai photographié beaucoup de documents. N’hésitez pas à me demander des copies.

Recensements:
Alexis et Marie-Thérèse vivaient à Cransac au moins jusqu’en 1881 puis ils partent s’installer à Lanuéjouls où Alexis devient boulanger (après avoir été mineur). Ils y vivent avec Célestin, Augusta et Julien. Pour ses 15 ans, Augusta est domicilée à Lanuéjouls chez ses parents, ensuite elle n’apparait plus dans aucun registre. Pour ses 14 ans, Julien habite chez son grand frère Célestin, qui héberge aussi ses parents. A partir de 1926, Célestin héberge des ouvriers boulangers et des servantes. Simone, mariée à Paul ARDOUREL reprend la boulagerie. Sa mère Gabrielle y vivra jusqu’à sa mort. Ensuite, Paul hébergera ses parents jusqu’à leur décès.

A Planpuech, c’est Jean LHORTE et Marie CALVET qui dirige la ferme où ils vivent avec leurs deux filles Marie et Nancy (Léoncie). Chaque fille se marie (Marie avec Amédée DOMERGUE) mais reste vivre à la ferme avec leurs premiers enfants. Ils y avaient aussi plusieurs domestiques qui vivaient sur place. Nancy et sa famille déménagent. C’est le couple Marie/Amédée qui dirige la ferme avec leurs enfants quand ils sont en âge de travailler et ce jusqu’à 19 ou 20 ans et même à 33 ans pour Jean-Marie. En 1901, alors qu’Elina est déjà partie aux USA, les grands-parents DOMERGUE s’occupent de Fernande FAGEGALTIER, leur petite-fille.

A Villefranche, c’est Joseph CADRES et sa femme Victorine ROUZIERS qui sont propriétaires de l’auberge du centre ville (rue du jeu de Paume puis rue de la pépinière mais c’est la même maison) depuis 1880. Leur fille unique Marie y vit avec ses parents puis avec son mari Louis BROS originaire de Morlhon. Leur fils unique Marius y nait. Il y vivra toute sa vie, d’abord avec ses parents, ensuite avec sa femme et son fils André. Quand Marius était enfant, vivaient deux domestiques à l’auberge.

Certificats d’études:
Il semblerait qu’aucun de mes arrières-grands-parents n’aient eu le certificat d’études. Nous avons cherché dans tous les relevés des années de leur 11, 12 et 13 ans mais rien!!
Seule Gabrielle DOMERGUE a été inscrite à une session mais elle ne s’est pas présentée!

Actes notariés:
Nous avons retrouvé le contrat de mariage d’Alexis et Marie-Thérèse et celui de Célestin et Gabrielle. C’est par ce dernier que nous avons appris qu’Alexis avait légué la boulangerie à son fils le jour de son mariage. En fait, après avoir travaillé comme boulanger (employé), Alexis est devenu propriétaire de la maison entière et de la boulangerie en 1902 pour 5000 Fr. Il remboursa cette somme pendant des années et pu ainsi la transmettre à Célestin en 1910.

Ecole de Lanuéjouls:
Nous avons retrouvé toute l’histoire de la construction de l’école de Lanuéjouls en 1905. C’est à cette école qu’iront Denise et Simone car leurs parents ne voulaient pas qu’elles aillent à l’école du couvent.

André, pupille de la nation:
J’ai eu accès au dossier « pupille de la nation » de mon grand-père André. On y trouve les demandes de Mémé Anna pour la formation professionnelle et les débuts de la vie active de son fils. La plupart du temps, tout est refusé mais les documents sont très intéressants.

Registres militaires:
Nous avons retrouvé les Registres Matricules des principaux hommes de la famille. J’en parlerai dans un autre article.

Denise, institutrice:
Il est encore un peu trop tôt pour découvrir la vie d’institutrice de Denise. Mais nous avons pu trouver quelques listes de l’école Normale où son nom apparait. Elle est titularisée en 1936 et nommée à Villevayre (La Salvetat des Carts).

Maire et conseillers municipaux:
Sachant que le père de Maria ACQUIE était maire de sa commune d’origine, nous nous sommes penchées sur les résultats d’élections à Castanet. De 1876 à 1896, Joseph ACQUIE est élu maire de Castanet avec une écrasante majorité, parfois à l’unanimité. A partir de 1900, c’est son fils Emile qui entre en politique et devient conseiller municipal.
A Lanuéjouls, Célestin est conseiller municipal en 1925 sous le mandat de Henri Malet (1922 à 1932).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :