Adrien MARQUET – émigration vers San Francisco

Adrien MARQUET nait à Flagnac en 1873. Son grand-père et celui d’Elina / Edouard DOMERGUE sont cousins germains. Il est donc lui aussi un descendant d’Antoinette LESCURE.

En 1893, il a 20 ans et se présente pour le service militaire. Sur sa fiche matricule, on peut lire qu’il a les cheveux et les sourcils blonds, les yeux bleus, un front ordinaire, un nez fort, une bouche grande, un menton rond, un visage ovale et qu’il mesure 1,62 m. Il est dispensé de service militaire classique et affecté au service auxiliaire car il lui manque la première phalange du pouce droit.

Il épouse Maria PAUZÉ à Decazeville en 1899. Leur fille Marie (Louise) vient au monde en octobre 1900.

Pourtant, en août 1900, on le retrouve sur les listes de passagers étrangers qui entrent à Ellis Island. Adrien a navigué sur « la Lorraine » entre Le Havre et New York. En arrivant, il dit avoir 27 ans, être mineur et célibataire !!
Que s’est-il passé ? Pourquoi a-t-il laissé sa jeune épouse enceinte ? C’est le grand-père qui déclare la naissance de la petite Marie (Louise) en précisant que le père vit en Amérique.

Une Marie/Maria Marquet de 26 ans entre avec le « la Bretagne » le 9 décembre 1900 aux USA pour rejoindre son mari. Elle est née à Decazeville. S’agit-il de la femme d’Adrien ? Sans son bébé de 2 mois?

Dans les différents formulaires que le couple remplit, la date d’immigration varie fortement donc nous ne pouvons pas en être sûr.

On retrouve la famille en 1910 dans le recensement fédéral. Ils vivent tous les trois au 1243 Perkino, Ukiah, Mendocino county en Californie : Adrien MARQUET (37 ans, immigré en 1901, travailleur dans le secteur de la blanchisserie), sa femme Maria (36 ans, immigrée en 1901), et leur fille Marie (9 ans, née en France). Adrien est paralysé de la jambe gauche.

Au début de la première guerre mondiale, en 1914, il est rappelé à l’activité, classé bon pour service armé mais ne se présente pas. Il ne vit plus en France. Il est finalement réformé en 1915 pour paralysie partielle des membres inférieurs (avis du consul de France à San Francisco).

En 1920, la famille MARQUET vit encore à Ukiah mais dans une autre maison au 1008 Church Street. Ils sont tous les trois employés dans le secteur de la blanchisserie. Cette fois-ci, ils disent être entrés aux USA en 1905 ou 1906.

Dix ans plus tard, ils vivent tous les trois dans la même rue mais quelques mètres plus loin, dans leur propre maison d’une valeur de 5000$. Adrien est propriétaire d’une laverie. Leur fille Marie est mariée depuis 8 ans avec Edouard DOMERGUE (son cousin donc), qui vit avec eux.

Adrien meurt en 1941 à San Francisco à l’âge de 68 ans. Sa femme Maria en 1964 (90 ans). Ils reposent tous les deux à Colma au Holy Cross Catholic Cemetery. Leur fille unique Marie n’a pas eu d’enfant avec Edouard donc Adrien n’aura pas de descendance.

Robert ECHE, assassiné

Un des descendants d’Antoinette LESCURE, Léon ALLIGUIÉ (1878-1943), a emigré en Californie vers 1900. Il pensait y avoir une vie meilleure. Malheureusement, son unique petit-fils Robert ECHE se fera assassiné par un tueur en série, Stephen NASH. Ce dernier aura tué onze personnes avant d’être exécuté par la justice américaine en 1959.

En 1956, il tue Robert (un étudiant de 22 ans) de plusieurs coups de couteau car il le trouve « trop stupide pour avoir accepter un salaire aussi bas pour son travail ». Il le plonge ensuite avec sa voiture dans la baie de San Francisco. Robert sera retrouvé 6 mois plus tard.

Sources: The_San_Francisco_Examiner_Tue__Dec_11__1956_ (1)

Née au mois de mars, il y a 201 ans: Marie MANHES (1817-1884)

Marie MANHES est l’arrière-grand-mère de ma grand-mère paternelle Denise. Elle est l’épouse de Jean DOMERGUE et mère d’Amédée DOMERGUE (voir ici).

Situation géographique :

Marie est originaire de Cassaniouze dans le Cantal, à quelques kilomètres de la limite du département de l’Aveyron. Cette commune comptait au début du XIXe siècle environ 1600 habitants. Aujourd’hui, c’est un tout petit village de 500 habitants. Cassaniouze est une commune de moyenne montagne à une altitude entre 205m et 687m.

 
http://www.mesvoyagesenfrance.com/D15/Cassaniouze.html
http://www.mesvoyagesenfrance.com/D15/Cassaniouze.html

Contexte historique :

En 1817, lorsque Marie vient au monde, la France est en pleine crise économique. Celle-ci amène la disette et des troubles de l’ordre. Le blé doit être importé d’Ukraine. Napoléon est à Sainte-Hélène et c’est Louis XVIII qui régit le royaume de France depuis deux ans (c’est la Restauration).

 
Louis XVIII
 

Nom de famille:

La branche paternelle de Marie s’écrit MANHES qui est le nom d’un hameau dans le Cantal. Mais à partir du milieu du XIXe siècle, on retrouve aussi le patronyme « MAGNES » qui viendrait alors du mot latin « magnus » (le grand). Aujourd’hui, on retrouve encore les deux orthographe même si « MANHES » prédomine.

Le patronyme de Marie s’écrit MANHES à sa naissance et à son mariage mais on trouve l’orthographe « MAGNES » sur les actes de naissance de ses enfants. L’officier d’état civil de Décazeville a dû écrire le nom phonétiquement lorsque Jean est venu déclarer les naissances. A son décès, dans l’acte, le nom est MAGNES.

Parents, grands-parents et fratrie:

Les parents de Marie sont cultivateurs (propriétaires) et tous les deux originaires de Cassaniouze. Jacques, le père, est né en 1783 et Marie Jeanne MOLINIE, la mère, en 1776. Ils vont donc connaître tous les deux la Révolution et vivre la chute (puis le retour) de la royauté en France.

Ils se marient le 2 mars 1813 à plus de 30 ans. Peut-être Jacques a-t-il d’abord servi dans les troupes impériales de Napoléon 1er ? Pour l’instant, je ne trouve pas son nom dans les registres matricules.

Leur mariage tardif (elle a 37 ans) explique peut-être le fait qu’ils n’auront apparemment que deux enfants. Deux ans après leur mariage, nait François en mars 1815. Puis deux ans plus tard, Marie le 5 mars 1817. A noter la répétition du mois de mars avec un mariage et deux naissances !

Marie ne connaitra pas ses grands-parents. Du côté paternel, Pierre MANHES décède en 1816 (81 ans) et Marie MALBERT en 1798 (56 ans). Du côté maternel, François MOLINIE décède en 1804 (64 ans) et Marie ASSIE en 1817.

Mariage et vie commune :

C’est en 1847, à l’âge de 30 ans, que Marie épouse Jean DOMERGUE de la Romiguière à Flagnac (voir ici).

Marie et Jean auront 4 enfants : Jean Marie Auguste Alphonse nait juste 9 mois après le mariage de ses parents. Puis viennent Amédée en 1849, Emile François Augustin en 1850 et Marie Mélanie en 1853. Tous vivent à la ferme de la Romiguière avec les parents et la fratrie de Jean, le père.

Amédée épouse Marie LHORTE en 1875 et part vivre à Planpuech. Je ne sais pas ce que devient le frère cadet mais Marie Mélanie épouse en 1877 Jean-Baptiste FIRMINHAC.

L’ainé, célibataire, habite à Agnac où il héberge ses parents (Jean et Marie MAHNES). Marie y décède le 15 août 1884 à l’âge de 67 ans. L’année suivante, Jean Marie Auguste Alphonse épouse Marie Bélarie DELSOL, une jeune fille de 21 ans, orpheline de mère à 16 ans, certainement pour avoir une femme qui gère la maison.

Né au mois de février il y a 169 ans: Amédée DOMERGUE (1849-1921)

Amédée DOMERGUE est le père de mon arrière-grand-mère paternelle Gabrielle (épouse Célestin DELCAUSSE). Il est né au milieu du XIXe siècle et à vécu à La Romiguière, sur les hauteurs de Decazeville, puis après son mariage, à Planpuech (Valzergues). Il était cultivateur. Il est décédé au début des années 20. Pour une meilleure compréhension du texte qui suit, voir l’arbre à la fin de l’article.

Ascendance et parentèle:

Amédée est le fils de Pierre Jean DOMERGUE, propriétaire cultivateur, né le 29 mars 1812 à « La Romiguière » ou « Rouméguière » (à cette date encore sur la commune de Flagnac). La famille DOMERGUE vit à cet endroit depuis des générations. Je remonte à un Jean DOMERGUE, né en 1684, qui vivait déjà à Flagnac.

 
 

Jean est marié à Marie MAGNES, née le 15 mars 1817 à Cassaniouze dans le Cantal. Il y a 25 km entre les deux villages. Comment les parents d’Amédée se sont-ils rencontrés? Y avait-il une foire à Conques, par exemple, à laquelle il se seraient rendu tous les deux?

 
 
 

Jean et Marie s’unissent le 2 février 1847. Toute la famille DOMERGUE a fait le déplacement à Cassaniouze (les parents et les frères Auguste et Marcellin). Le couple s’installe à la Romiguière. Ils n’y vivent pas seuls. Les parents de Jean et ses grands-parents paternels sont également à la ferme ainsi que ses trois frères: Jean Antoine (1813-1845) et sa femme Jeanne Rose DESTRUELS (1824-xx), Augustin Auguste (1818-xx) et Jean Marcellin (vers 1825-xx). Plusieurs générations de DOMERGUE se côtoient donc à La Romiguière.

 
La Romiguière
 

Un premier fils, Jean Marie Auguste Alphonse, nait 9 mois après le mariage de ses parents. Il vivra plus tard à Agnac avec sa femme Marie Bélarie DELSOL. Il hébergera ses parents à la fin de leur vie. Je ne sais pas qui reste à La Romiguière et reprend la ferme.

Naissance et enfance d’Amédée:

Lorsque Amédée nait le 9 février 1849, il a donc un grand frère de 15 mois. Après lui naitront Emile François Augustin le 13 mai 1850 (Amédée a tout juste 15 mois lui aussi) et Marie Mélanie le 26 février 1853 (Amédée a 4 ans).

Lorsque son père le déclare à la mairie, il donne à Amédée les prénoms suivants: Jacques François Léon Amédée. On remarquera que pour le choix des prénoms la famille reste d’une part très traditionelle mais se permet d’autre part d’être innovante: Jean comme le GPP, Marie comme la GMM, Auguste comme l’oncle, Jacques comme le GPM mais d’où viennent Alphonse, Amédée, François, Léon, Emile et Mélanie? Peut-être des parrains et marraines? Au milieu du XXe siècle apparaissent beaucoup de nouveaux prénoms. Les parents DOMERGUE suivent-il la tendance générale?

Qui Amédée a-t-il connu dans son enfance et sa jeunesse? Ses grands-parents ont vécus longtemps. Pour son GPP, je ne trouve pas d’acte de décès mais sa GMP Anne Rose GUILLEBASTRE née vers 1788, décède le 15 mai 1869 à La Romiguière à 81 ans!

Dans le Cantal, son GPM Jacques MAGNES (agriculteur, propriétaire) né le 22 janvier 1783, décède le 15 novembre 1855 Cassaniouze à 72 ans, sa GMM Marie Jeanne MOLINIE née le 22 novembre 1776, décède le 19 juillet 1856 Cassaniouze à 79 ans. Amédée grandit aussi avec ses oncles paternels et leurs familles.

Jeune adulte :

A 20 ans, Amédée doit faire son service militaire. Il a bien été appelé au service mais a été remplacé. Pourquoi?

Il n’y a pas de changements notoires dans sa vie de jeune adulte mais ses parents et son frère ainé Jean Marie Auguste Alphonse habitent Agnac en 1884/1885. Pourquoi?

Novembre 2020: En fait, la famille n’habite pas Agnac qui est le hameau voisin. La ferme familiale de la Romiguière se situe au bord d’une route à mi-chemin entre Decazeville et Agnac. Suivant la période, la ferme est rattachée à l’un ou à l’autre. Sur certains actes, on retrouve donc « La Romiguière » , sur d’autres « Agnac » mais il s’agit toujours de la même habitation.

Sa mère meurt le 15 août 1884 (67 ans) et son père, dix ans plus tard, le 10 mai 1894 (82 ans).

Sa femme: Marie Victorine LHORTE

Marie nait en 1854 (elle a donc 6 ans de moins qu’Amédée). Ses parents sont Jean LHORTE et Rose CALVET. La famille LHORTE vit à Planpuech (Valzergues). Rose jusqu’en 1898 et Jean jusqu’en 1900. Sa sœur Nancie, de 4 ans sa cadette, vit aussi à Planpuech (avec son mari et ses deux enfants) au moins jusqu’en 1886. Plusieurs domestiques vivaient et travaillaient également à la ferme. La ferme de Planpuech appartient aux LHORTE. Marie et Nancie n’ont pas de frères, c’est donc Marie qui héritera de la ferme.

 
Planpuech (Valzergues)
 

Mariage et vie commune:

Amédée et Marie s’unissent le 29 janvier 1875. Amédée a 26 ans, Marie 21. La même année, en novembre, nait leur premier enfant: une fille, Elina.
Naissent ensuite Jean-Marie (Amédée) en 1877, Félicie Marie Léoncie en 1878 qui décède à 11 mois, Marius en 1881.
En 1882 et 1884, c’est Nancie, sa belle-soeur qui accouche d’abord d’un garçon puis d’une fille.
Il faut attendre 1888, donc 7 ans, pour voir naitre Gabrielle, puis Raoul en 1890, Edouard en 1892 et Rachel Berthe en 1894 qui décède à l’âge d’un mois.
En grandissant, les enfants aident à la ferme. Jean-Marie y restera même assez longtemps car à 33 ans, il est encore recensé comme « ouvrier agricole chez Domergue » à Planpuech. Par la suite, il épousera Zoé et s’installera comme vigneron à Lézignan-Corbières.
En 1895, un an après la naissance et la mort de sa dernière petite soeur, Elina se marie avec Romain FAGEGALTIER. Ils auront une petite Fernande qui vivra quelques temps chez ses grands-parents car Elina et Romain partent s’installer aux Etats-Unis. Fernande les rejoindra vers 6-7 ans.
En 1905, un drame ébranle la famille. Marius qui allait bientôt finir son service militaire, s’y noie.

En 1910, Gabrielle se marie avec Célestin DELCAUSSE. Elle s’installe avec lui à la boulangerie de Lanuéjouls, qu’il vient d’hériter de son père Alexis.
Edouard décide de suivre sa soeur Elina à San Francisco. Il y épousera une française de Decazeville, Marie-Louise Marquet. Le couple n’aura pas d’enfants. Edouard écrit beaucoup à sa famille et envoie des photos mais il ne reviendra jamais en France car il est considéré comme déserteur. Pour une description détaillée de la vie d’Edouard et Elina aux USA, voir ici et ici.
Raoul reprend la ferme de Planpuech. Il épouse Alphonsine Zénobie BRUGEL avec qui il aura 3 enfants.

 
 
Amédée et Marie avec leurs plus jeunes enfants: Edouard, Gabrielle et Raoul
 

Amédée s’éteint le 4 janvier 1921 à l’âge de 72 ans. Marie, sa veuve, était encore en vie en 1936.

 

 

 

Louise et Henri ROUX

Cela faisait un moment que j’entendais parler de Henri et Louise qui étaient souvent en visite à Lanuéjouls. Mais personne ne pouvait me dire avec certitude notre lien de parenté. Grâce à Claude qui a reconnu Henri et Louise sur de vieilles photos de Serge puis grâce à Françoise et à sa cousine Dany qui a retrouvé le vieux livret de famille de ses grands-parents, voilà enfin le mystère éclairci.

 


Il y avait deux « Nathalie DELCAUSSE », filles de deux « Joseph » (père et fils). Suite à un calcul sur les âges pour une autre raison, je me suis rendu compte que quelque chose clochait. La fameuse « Nathalie » aurait eu son premier enfant à 13 ans et son mari aurait eu 29 ans de plus qu’elle. En fait, je ne connaissais pas l’existence de la deuxième car elle est née à La Fouillade et non à Sanvensa comme les deux premiers enfants. Voici un petit bout d’arbre pour comprendre:

  • Jean Joseph DELCAUSSE x Catherine DESZESCAUTS ont eu (au moins) 3 enfants:
    • Joseph en 1840 x Marguerite Lucien:
      • Nathalie
      • Louis
    • Alexis en 1843 x Marie-Thérèse CAVAGNAC
      • Célestin
      • Julien
    • Nathalie en 1845 x Victor ROUX
      • Henri

Louis DELCAUSSE, grand-père de Françoise, et Célestin DELCAUSSE, mon arrière-grand-père, avaient donc une tante qui se prénommait Nathalie, fille de Jean Joseph DELCAUSSE et Catherine Delzescauts. Nathalie a épousé Victor ROUX avec qui elle a eu (Germain) Henri ROUX en 1884. Henri épousera Louise LAGARRIGUE de Decazeville.

Henri était donc le cousin Germain de Louis et Célestin DELCAUSSE. Les trois hommes avaient de très bonnes relations et se voyaient souvent.

 

 

Un autre petit frère de Célestin DELCAUSSE

Célestin DELCAUSSE avait 4 ans lorsque son petit frère Germain Louis est né en 1885. Je n’avais ensuite plus retrouvé la trace de ce frère.
En 1891, donc à l’âge de 6 ans, il ne fait pas partie du ménage DELCAUSSE lors du recensement. A 20 ans, il n’est pas appelé pour le service militaire mais je ne trouve pas non plus son décès dans les années qui suivent sa naissance.
C’est grâce à la presse ancienne des AD de l’Aveyron que je découvre aujourd’hui le fin mot de l’histoire.
En octobre 1904, on peut lire dans le « Journal de l’Aveyron » que Germain Louis DELCAUSSE est décédé à l’âge de 19 ans, célibataire, sans profession, rue Vieussens à Rodez où se situe l’asile d’aliénés. Germain devait s’y trouver depuis son enfance.

Un autre mystère reste à résoudre. Célestin avait une petite soeur née en 1891 (de 10 ans sa cadette) qui se prénommait Césarine « Augusta ». A 15 ans, elle est recensée à Lanuéjouls chez ses parents mais je ne retrouve ni son décès, ni son mariage …

 

Nos ancêtres dans la presse ancienne

Au hasard de mes recherches, voilà deux « faits-divers » que j’ai découverts et que j’ai trouvés intéressants.

1) Victor ROUX, mari de Nathalie DELCAUSSE, dans l’Express du midi du 8 novembre 1900:

 

2) Pierre COLOMBIER (1762-1846), grand-père d’un autre Pierre COLOMBIER, lui-même grand-père de Jeanne COLOMBIER épouse FERLUS, dans le bulletin des jugements du 2 vendémière de l’An III (soit septembre 1794):

 
 

 

Irène GELY-DELCAUSSE et Elie ROQUES

Après avoir fait des recherches sur la mort de Julien DELCAUSSE, je me suis intéressée à sa veuve Irène et à sa fille Fernande qui avait 6 ou 7 ans à la mort de son père.

Irène, qui était commerçante à Ivry-sur-Seine, resta en région parisienne. Je dois encore vérifier si Fernande était avec elle ou chez sa mère à Lanuéjouls.

Elie ROQUES, un ami de la famille, originaire de Maureilhan, photographe à Béziers (avenue Foch) était de ce temps-là marié avec une Biterroise depuis 1919. Il divorce à Béziers en septembre 1931 pour se marier avec Irène en octobre 1931, un mois plus tard!! à Ivry-sur-Seine.

Le couple Elie/Irène ira s’établir à Béziers. Elie adoptera Fernande et lui donnera son nom.

Julien DELCAUSSE

Célestin avait un petit frère, Julien. Celui-ci, menuisier, s’était marié à Lanuéjouls (Le Poujol) avec Irène GELY, couturière en 1920. Ensemble, ils ont eu Fernande vers 1921/22, dont je n’ai pas encore trouvé l’acte de naissance. Elle n’est pas née à Lanuéjouls.
Julien et Irène ont vécu quelques temps à Toulouse, avenue Foch à Béziers, à Paris puis à Ivry-sur-Seine.

Julien est mort en 1928 à Paris 13ème. Je voulais comprendre pourquoi il était mort si jeune et je viens d’avoir la réponse. Le pauvre homme est mort du tétanos après 9 jours d’atroces souffrances à l’hôpital de La Pitié.

Martial DELCAUSSE

J’ai enfin reçu les informations que j’attendais de Limoges.
Martial DELCAUSSE, le grand frère de Denise, est mort à Limoges, à l’âge de 17 ans alors qu’il était présumé décédé enfant à Lanuéjouls.

En fait, Martial a été interné à l’asile de Rodez à une date que je n’ai pas encore puis il a été transféré à l’asile de Naugeat, route d’Isle, à Limoges en 1926 avec trois autres enfants. Il était atteint de paralysie infantile et d’idiotie. Sur le certificat de décès à l’asile (en 1929), il est noté que le corps a été transféré à Lanuéjouls pour inhumation.

Je suis encore à la recherche de renseignements sur son temps à l’asile de Rodez.